Une question ?

Une équipe dédiée répond à

toutes vos questions du

lundi au vendredi, de 9h à 18h

01 46 90 37 00

Appel gratuit

Vous pouvez également consulter notre foire aux questions

Accéder à la FAQ

Assistance 24h/24

Un pépin avec votre voiture ?

Nos équipes sont joignables 24h/24

pour vous porter assistance

01 46 90 37 00

Appel gratuit
19
16/07/2021

Quels changements pour les automobilistes en 2021 ?

Bonus écologique, prime à la conversion, tarifs des autoroutes, crédit d’impôt pour l’installation d’une borne de recharge publique : l’année 2021 aura été l’occasion de mettre en place de nombreux changements pour vous, automobiliste. Mais avez-vous pu tout suivre ? Nous faisons le point sur une année chargée en actualités.

Bonus écologique et prime à la conversion

Pour inciter les automobilistes à investir dans des véhicules moins polluants, le gouvernement a mis en place deux dispositifs d’aides financières : le bonus écologique et la prime à la conversion. Leurs critères d’éligibilité ont évolué au 1er juillet 2021.

 

Le barème du bonus écologique est abaissé de 1000 € depuis le 1er juillet 2021. Par exemple, pour l’achat d’un véhicule électrique neuf de moins de 45 000 € (et dont le taux d’émission de CO2 ne dépasse pas les 20 g/km), le bonus écologique est plafonné à 6000 € (contre 7000 € jusqu’au 30 juin 2021). Ce dernier passe de 3000 à 2000 € pour les voitures électriques neuves d’un montant compris entre 45 000 et 60 000 € et de 2000 à 1000 € pour un véhicule hybride rechargeable de 50 000 € maximum (dont le taux de CO2 est compris entre 21 et 50 g/km et l’autonomie est supérieure à 50 km).

 

Concernant la prime à la conversion, elle exclut depuis le 1er juillet 2021 les véhicules portant la vignette Crit’Air 2 (et donc l’ensemble des voitures diesel). Si la voiture est neuve ou immatriculée depuis moins de 6 mois, elle doit désormais émettre au maximum 132 g de CO2 par kilomètre pour être éligible à la prime à la conversion (137 g/km pour un véhicule d’occasion).

Hausse du prix des péages

Le prix des péages a augmenté en moyenne de 0,44 % au 1er février 2021. Cette nouvelle hausse concerne l’ensemble des sociétés d’exploitation du réseau autoroutier (Cofiroute, Sanef, ASF, SAPN, etc.)

À titre d’exemple, un trajet Paris-Bordeaux sur l’autoroute A10 coûte désormais 56,20 €, soit une hausse de 0,10 € par rapport à 2019.

Crédit d’impôt pour l’installation d’une borne de recharge

Si vous êtes propriétaire, locataire ou même occupant à titre gratuit dans votre résidence principale ou secondaire et que vous souhaitez pouvoir recharger votre véhicule électrique à domicile, vous pouvez bénéficier, sous conditions, d’un crédit d’impôt pour l’installation d’une borne de recharge dans votre garage. Le crédit d’impôt s’élève à 75 % du prix de l’équipement (dans la limite de 300 € frais de pose inclus et par borne). Il se limite à une borne par personne et deux bornes pour un couple.

Historique enrichi pour la vente de véhicules d’occasion

Vous envisagez d’acheter une voiture d’occasion ? Saviez-vous que le ministère de l’Intérieur a développé un site qui permet d’accéder à des informations fiables sur l’historique du véhicule qui vous intéresse ? Il s’agit du site Histovec. Depuis le 12 janvier 2021, ce dernier a été enrichi de données complémentaires et notamment celles issues du contrôle technique de l’auto.

Taxe régionale

En 2021, le montant de la taxe régionale a évolué. Il s’agit d’une des taxes comprises dans le coût d’un certificat d’immatriculation (ex-carte grise). Pour calculer le montant de cette taxe, il vous suffit de multiplier le prix d’un cheval fiscal de la région où vous résidez par la puissance fiscale de votre auto.

À titre d’exemple, le montant de la taxe régionale s’élève à 51 € en Bretagne, contre 46,15 € en Ile-de-France ou encore 51,20 € en région PACA.

Bon à savoir : Certains véhicules « propres » (fonctionnant à l’électricité ou à l’hydrogène) peuvent être exonérés, en partie ou totalement, de la taxe régionale. C’est le cas par exemple en Bourgogne-Franche-Comté dont le pourcentage d’exonération atteint 100 %, contre 50 % en région Centre-Val de Loire.

Barème kilométrique

Les salariés qui se déplacent régulièrement dans le cadre de leur profession ont la possibilité d’évaluer leurs dépenses et de les déduire de leurs frais réels pour l’impôt 2021 sur les revenus 2020.

 

Les barèmes de 2021, publiés le 20 février 2021, sont identiques à ceux de 2020 sauf pour les véhicules électriques qui bénéficient d’une majoration de 20 %.

 

Concrètement, si vous avez parcouru 3000 kilomètres à titre professionnel sur l’année 2020 avec un véhicule 6 CV : le barème qui s’applique s’élève alors à 0,574. Pour calculer le montant de vos frais réel, il suffit de multiplier ce coefficient par le nombre de kilomètres parcourus sur l’année, soit 3000 x 0,574 = 1722 €. Si vous roulez en voiture électrique, ce montant est alors majoré de 20 %.

 

Retrouvez tous les barèmes applicables directement sur le site de service-public.fr.

Malus automobile

Le malus écologique change lui aussi en 2021. Depuis le 1er janvier 2021, cette taxe touche désormais les véhicules dont les émissions de CO2 commencent à 133 g/km (contre 138 g/km en 2020). À titre d’exemple, la taxe pour une voiture qui émet 133 g de CO2 par kilomètre s’élève à 50 €, 75 € pour 134 g/km, 100 € pour 135 g/km et jusqu’à 30 000 € pour tout véhicule dont les émissions de CO2 dépassent 218 g/km.

Pneus neige obligatoires dans les zones montagneuses

Le décret du 18 octobre 2020 va rendre obligatoire le fait de s’équiper de pneus neige dans les zones montagneuses dès le 1er novembre 2021. Concrètement, les préfets de 48 départements français établiront la liste des communes concernées par cette nouvelle réglementation. Les automobilistes devront alors équiper leur voiture soit de chaînes neige, soit de pneus hiver. Et ce, durant toute la période hivernale, c’est-à-dire du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante.

Astuce du club

Retrouvez la liste des départements concernés dans notre article dédié « Pneus neige obligatoires en hiver : suis-je concerné par le nouveau décret ? »

Nouvelles ZFE (Zones à Faibles émissions)

Pour lutter contre la pollution atmosphérique, le gouvernement français a mis au point un dispositif de « zones à faibles émissions », également appelées ZFE.  Le concept vise à encourager la circulation de véhicules plus « propres » en interdisant (ou en limitant) l’accès aux véhicules qui ne répondent pas aux normes en vigueur dans certaines zones délimitées.

 

Aujourd’hui, 4 ZFE ont déjà été déployées en France : la métropole du Grand Paris, la ville de Paris, la métropole de Lyon et Grenoble-Alpes-Métropole. 

 

7 autres ZFE sont en cours de déploiement : Eurométropole de Strasbourg, la métropole d’Aix-Marseille-Provence ; la métropole Nice-Côte d’Azur ; la métropole Toulon-Provence-Méditerranée ; la métropole Rouen-Normandie ; Montpellier-Méditerranée Métropole et Toulouse Métropole.

 

Tandis que le projet de loi climat prévoyait l’extension du dispositif de ZFE à toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici 2025, le Sénat a décidé d’assouplir ces mesures afin de redonner la main aux collectivités sur ce sujet. Selon Philippe Tabaro, sénateur des Alpes-Maritimes : « la réussite des ZFE repose sur leur acceptabilité ».

 

Ainsi, la date d’interdiction de circulation des véhicules disposant d’une vignette Crit’Air 3 et plus dans les ZFE est reportée à 2030 (contre 2025 prévu initialement).

Interdiction aux applications GPS de diffuser le signalement de certains contrôles routiers

À partir du 1er novembre 2021, les préfets auront la possibilité d’interdire de façon temporaire aux applications de navigation GPS ou d’aide à la conduite la diffusion de messages visant à signaler la présence des forces de l’ordre dans le cadre de certains contrôles routiers.

 

Cette interdiction devra être demandée aux opérateurs par les forces de l’ordre ou le ministère de l’Intérieur et s’appliquera notamment sur les contrôles de stupéfiants, d’alcoolémie, aux barrages mis en place dans le cadre d’enlèvements ou d’actes de terrorisme, etc. Les contrôles de vitesse ne seront pas inclus au dispositif.

Déploiement étendu des voitures-radar

Les voitures-radar sont des véhicules banalisés équipés de radars embarqués. Initialement conduites par les forces de l’ordre, elles se développent aujourd’hui car elles sont confiées à de plus en plus d’opérateurs privés.

 

Visant à renforcer la sécurité routière des automobilistes en contrôlant davantage les excès de vitesse, 83 voitures-radar ont déjà été mises en service dans 4 régions différentes : la Bretagne, le Centre-Val-de-Loire, la Normandie et le Pays de la Loire. D’autres sont déployées courant du 2nd semestre 2021 dans les régions de Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Hauts-de-France et Nouvelle-Aquitaine.

Bon à savoir : D’ici la fin de l’année 2021, 223 voitures-radar seront amenées à circuler sur la route 6 heures par jour, 7 jours sur 7, à n’importe quelle heure.

Changements concernant le permis de conduire

Deux changements majeurs sont également à prendre en compte en 2021 concernant le permis de conduire : 

Depuis le 18 mai 2021, le dispositif Rdv permis qui permet de prendre rendez-vous directement en ligne pour passer l’examen du permis de conduire est étendu à 12 autres départements : l’Ariège, l’Aveyron, la Gironde, les Hautes-Pyrénées, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, la Lozère, les Pyrénées-Atlantiques, les Pyrénées-Orientales, le Tarn, le Tarn-et-Garonne.

Vous n’êtes pas encore membre du Club Identicar ?

N’attendez plus pour découvrir nos offres dès 5 €/ mois !