Une question ?

Une équipe dédiée répond à

toutes vos questions du

lundi au vendredi, de 9h à 18h

01 46 90 37 00

Appel gratuit

Vous pouvez également consulter notre foire aux questions

Accéder à la FAQ

Assistance 24h/24

Un pépin avec votre voiture ?

Nos équipes sont joignables 24h/24

pour vous porter assistance

01 46 90 37 00

Appel gratuit

Une question ?

Une équipe dédiée répond à

toutes vos questions du

lundi au vendredi, de 9h à 18h

01 46 90 37 00

Appel gratuit

Vous pouvez également consulter notre foire aux questions

Accéder à la FAQ

Assistance 24h/24

Un pépin avec votre voiture ?

Nos équipes sont joignables 24h/24

pour vous porter assistance

01 46 90 37 00

Appel gratuit
2
04/11/2020

Conduite supervisée : prendre confiance avant de passer le permis B

Vous connaissez sans doute l’apprentissage anticipé de la conduite (plus connu sous le nom de conduite accompagnée), mais avez-vous déjà entendu parler de la conduite supervisée ? Cette méthode d’apprentissage présente également des avantages concrets pour gagner en expérience et en confiance avant de (re)passer l’épreuve pratique du permis B. Quels sont ces avantages ? Quelles sont les modalités d’accès ? Quel est l’impact en matière d’assurance ? Toutes les réponses dans notre guide dédié.

Qu’est-ce que la conduite supervisée ?

La conduite supervisée permet à un élève inscrit dans une école de conduite de compléter sa formation en conduisant aux côtés d’un accompagnateur. Cette forme d’apprentissage a pour objectif de passer l’épreuve du permis B dans des conditions plus sereines en étant mieux préparé. L’apprentissage s’effectue en deux étapes : 

  • Une formation initiale réalisée dans une auto-école : composée d’une partie théorique et d’une partie pratique d’un minimum de 20 heures de formation (ou 13 heures dans le cas d’une voiture automatique).
  • Des heures de conduite supervisées avec un accompagnateur : la période de conduite supervisée commence par un rendez-vous préalable sur site : une session de conduite de 2 heures minimum durant laquelle le formateur de l’auto-école prodigue des conseils à l’élève comme à l’accompagnateur.

Astuce du club

Si vous avez échoué à l’épreuve pratique du permis de conduire, sachez que la conduite supervisée est non seulement accessible avant le passage de l’examen pratique mais également après avoir essuyé un premier échec. N’hésitez pas à opter pour cette forme d’apprentissage et reprenez confiance en votre conduite avant de passer à nouveau l’examen.

Quelles sont les conditions d’accès à la conduite supervisée ?

L’article L211-4 du Code de la route stipule que : « Toute personne âgée d’au moins dix-huit ans peut suivre un apprentissage en conduite supervisée des véhicules légers, sous la surveillance constante et directe d’un accompagnateur, après validation soit de sa formation initiale, soit de compétences minimales lors de l’épreuve pratique du permis de conduire définies par arrêté du ministre chargé de la sécurité routière. »

Concrètement, pour accéder à cette formation, il faut donc : 

  • Avoir 18 ans ou plus ;
  • Disposer du code ou détenir une autre catégorie de permis depuis 5 ans minimum ;
  • Détenir l’attestation de fin de formation initiale (AFFI) délivrée par l’auto-école ;
  • Obtenir l’accord de l’assurance du véhicule après en avoir fait la demande.

Dans le cas où le candidat aurait déjà échoué à l’épreuve pratique du permis de conduire, il a la possibilité d’accéder directement à la conduite supervisée, à condition d’avoir validé un certain nombre de compétences minimales prédéfinies lors de l’examen. 

Le saviez-vous ?

L’accompagnateur doit, lui aussi, remplir certaines conditions pour pouvoir assurer ce rôle. Il doit être titulaire du permis B depuis 5 ans minimum, avoir obtenu l’accord de l’assurance et ne pas avoir été sanctionné, au cours des 5 années précédentes, par une invalidation ou une annulation du permis de conduire. L’accompagnateur peut être un membre de la famille ou non.

Quels sont les avantages de la conduite supervisée ?

Cette méthode d’apprentissage présente deux avantages majeurs : 

  • Gagner en expérience de conduite et en confiance avant le passage de l’épreuve pratique ; 
  • Améliorer ses acquis à moindre coût, surtout dans le cas où le candidat attend de passer à nouveau l’examen suite à un premier échec.

Conduite supervisée vs conduite accompagnée : quelles différences ?

La conduite supervisée est un système d’apprentissage plus souple que l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC ou conduite accompagnée). Les deux formations visent à se préparer au mieux au passage de l’épreuve pratique du permis de conduire. Cela dit, si certaines bases sont communes aux deux formations, on recense également plusieurs différences notables.

Les bases communes aux deux formations

  • Une formation initiale est obligatoire avant de commencer à conduire avec l’accompagnateur ;
  • L’obligation de passer le code de la route et de réaliser au moins 20 heures de conduite avec un enseignant d’auto-école ;
  • Le candidat doit obtenir une attestation délivrée par l’enseignant pour confirmer qu’il est prêt à conduire avec son accompagnateur ;
  • Dans les deux cas, le candidat doit obtenir l’extension de garantie de l’assurance pour le véhicule servant à la conduite accompagnée ou supervisée ;
  • Les critères qui autorisent un conducteur à devenir accompagnateur sont les mêmes, quelle que soit la formation choisie.


Les différences entre les deux formations

  • La conduite supervisée est accessible à partir de 18 ans tandis que l’ACC est possible pour les plus jeunes, dès l’âge de 15 ans ;
  • La conduite supervisée n’est soumise à aucune distance parcourue, ni même à une durée minimale, contrairement à l’ACC qui prévoit un minimum de 3000 kilomètres parcourus au total sur une durée d’au moins un an ;
  • À la différence de l’ACC, la conduite supervisée ne permet pas de réduire la durée de la période probatoire. Le nouveau titulaire du permis de conduire ayant été formé via la conduite supervisée est donc soumis aux mêmes règles qu’un jeune conducteur ayant suivi le cursus « classique ». C’est-à-dire qu’il dispose de 6 points sur son permis et doit attendre 3 ans sans aucune infraction pour en obtenir 12.

Quelles sont les obligations à respecter sur la route en conduite supervisée ?

L’élève doit respecter un certain nombre de règles : 

  • Ne conduire qu’en France ;
  • Rouler de jour, comme de nuit, et par diverses conditions météorologiques ;
  • Circuler sur les routes et les autoroutes ; 
  • Respecter des limitations de vitesses spécifiques : 

Bon à savoir : S’agissant des distances de sécurité à respecter, elles sont identiques à celles imposées aux autres automobilistes sur la route.

Quelles sont les règles en matière d’assurance ?

La conduite supervisée d’un véhicule nécessite d’obtenir au préalable une extension de garantie de la part de l’assurance.  Cette extension n’entraîne aucune surprime. L’accord ainsi obtenu par l’assurance est joint au contrat de formation de l’élève et précise le nom du ou des accompagnateurs autorisés par la société d’assurance à assurer cette fonction. 

Bon à savoir : À la différence de la conduite accompagnée, la conduite supervisée ne permet pas d’accéder à des tarifs plus avantageux en matière d’assurance.

L’assurance peut-elle refuser de couvrir la conduite supervisée ?

L’assurance peut refuser de fournir une extension de garantie pour conduite supervisée si l’élève a été condamné pour : 

  • Conduite sous l’emprise d’un état alcoolique ; 
  • Délit de fuite ; 
  • Conduite en période d’annulation ou de suspension de permis ; 
  • Refus de s’arrêter suite à un ordre émis par les forces de l’ordre ;
  • Homicide ou blessures involontaires.

La société d’assurance peut également ne pas assurer le candidat si elle estime que sa conduite représente un risque trop élevé

Vous n’êtes pas encore membre du Club Identicar ?

N’attendez plus pour découvrir nos offres dès 5 €/ mois !

facilisis leo ante. velit, amet, ut sed felis justo ut non