Accueil > Actualités > Contrôle technique : la nouvelle réglementation en bref

Contrôle technique :
la nouvelle réglementation en bref

Tous les 2 ans à partir de son 4e anniversaire, vous soumettez votre auto à un contrôle technique. Sachez qu’à partir du 20 mai 2018, les règles de cet examen se durcissent. Voici ce qu’il faut savoir sur la nouvelle réglementation.

Les principales nouveautés

  • Jusqu’ici, il y avait 123 points de contrôle : il y en a désormais 133
  • Les défauts techniques potentiels étaient au nombre de 453 : on en compte dorénavant plus de 600
  • Un 3e niveau de défaillance dit « critique » fait son apparition pour les défauts constituant un danger pour la sécurité routière ou l'environnement. Il vient s’ajouter aux deux niveaux de défaillance historiques : les défaillances mineures (140 défauts possibles), sans obligation de contre-visite, et les défaillances majeures (341 défauts possibles), avec obligation de contre-visite dans les deux mois.

Les 129 cas de défaillance critique doivent faire l’objet d’une réparation et d’une contre-visite dans les 2 mois.
Mais attention : si une défaillance critique est constatée, la validité de votre contrôle technique s’arrêtera le jour du contrôle à minuit. En clair, vous pourrez circuler le jour même mais au-delà, votre voiture sera interdite de circulation.

Quelques précautions à prendre

Parmi ces cas de défaillances critiques, on trouve un certain nombre de défauts simples à repérer, comme des feux de stop hors service, des pneus usés ou encore un impact sur le pare-brise… Un contrôle minutieux de votre véhicule avant l’examen permettra de minimiser le risque d’immobilisation du véhicule et de limiter les frais. En effet, le prix du contrôle technique devrait subir une augmentation de 15 à 20 % selon des experts, sans compter les éventuelles contre-visites.

Le contrôle technique en bref

Tous les véhicules particuliers de 3,5 tonnes et moins sont soumis à un contrôle technique périodique depuis 1992. Ce contrôle doit être effectué par un centre agréé par l’Etat. Le défaut de contrôle technique et / ou de contre-visite est une infraction au Code de la route qui expose l’automobiliste à une amende de 135 €.

Pour rouler en toute sécurité et éviter les mauvaises surprises, lors du contrôle technique ou sur la route, rien de tel qu’un entretien soigneux et régulier de votre véhicule chez votre concessionnaire !